Le fair play financier ? pas un problème pour le PSG

Il n’y a pas si longtemps, le PSG était un club quelconque malgré le fait qu’il était la seule formation de l’élite française en région Ile-de-France. Un potentiel qui a attiré ses actuels propriétaires venus du Qatar pour donner à la plus belle ville du monde le club qu’il mérite. Certaines personnes voient d’un mauvais œil la nouvelle dimension que prend Paris et se sont donc vite réjouits de la prochaine entrée en vigueur du fair-play financier. Ce dispositif de l’UEFA oblige les clubs de football à contrôler leurs dépenses, encore plus sur le marché des transferts.

Le président du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, est clairement l’une de ses personnalités du football européen qui ne veut pas voir des clubs, dits nouveaux riches, griller la politesse aux traditionnelles grandes formations européennes, dont la sienne.

Il a tout récemment déclaré à L’Equipe : « Ce que fait Paris me dérange. Lorsque j’entends le montant du salaire de Zlatan Ibrahimovic, j’ai mal au ventre. Sur un an, son salaire équivaut à celui de Javi Martinez en cinq ans. » Ce que le dirigeant bavarois ne comprend pas, c’est que le salaire de Martinez fait également celui de la moitié de l’effectif d’Evian Thonon Gaillard et donc on y arrive pas non plus avec de telles comparaisons… !

Le fait que Chelsea soit devenu champion d’Europe, en à peine quelques années après l’arrivée du richissime Roman Abramovic à sa tête, montre que l’argent peut tout faire dans le sport. Le cas du Paris Saint-Germain fait vraiment peur aux uns et aux autres à cause de la démesurée ambition qui anime ses propriétaires. Les dirigeants du PSG veulent faire de leur club le plus grand d’Europe et donc du monde. Une ambition que certains espèrent contrarier via les règles de l’UEFA. Seulement, même les règles de lUEFA ne sont pas infaillibles, et aux grands maux les grands remèdes. QSI ne veut pas se laisser distraire par les règles que l’UEFA aurait dû appliquer depuis la nuit des temps pour donner sa chance à toutes les formations d’atteindre un jour le haut niveau. L’institution sportive qui n’a réveillé son génie qu’a cause de Chelsea et Manchester City va avoir fort à faire avec le PSG, puisque les dirigeants de ce club ont pris des dispositions pour passer entre les mailles du filet.

En effet, d’après l’AFP, le club de la capitale aurait signé un contrat de sponsoring avec une banque du Qatar « Qatar National Bank ». Cette dernière serait prête à financer le Paris Saint-Germain à hauteur de 100 millions d’euros par saison pour une durée de 4 saisons. L’apport de cette banque devrait, à elle seule, permettre au club de la capitale de pouvoir maintenir son train de vie. L’apport de QSI et les recettes qu’engrangera le Paris Saint-Germain fait qu’il ne sera nullement concerné par le fair-play financier. Une disposition de l’UEFA qui se retourne du coup contre les clubs qui se croyaient protégés par les nouvelles règles de l’organisation européenne.

Foot sur 7