A couper le souffler

Au terme d’un match de folie, l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais se sont quittés sur le score fleuve de cinq buts partout. L’OM pensé avoir fait le plus dur en menant 2-4 à dix minutes de la fin mais c’était sans coté sur Lisandro Lopez et les lyonnais.

L’ouverture du score de Pjanic (1-0, 4e), de demi-volée à la réception d’un ballon mal dégagé par Hilton, donne le ton du festival. Après un arrêt de Lloris devant Niang (5e), Diawara égalise de la tête pour l’OM à la réception d’un corner d’Abriel (1-1, 11e). Au terme d’un slalom de près de cinquante mètres, Govou redonne l’avantage à l’OL, bien aidé par la passivité de Hilton (2-1, 14e). Les Marseillais n’abdiquent pas et l’égalisation de Cheyrou sur une lourde frappe mal maîtrisée par Lloris est loin d’être imméritée (2-2, 43e).

Le rythme repart de plus belle au retour des vestiaires, Koné donne l’avantage aux visiteurs d’une superbe reprise de demi-volée de l’extérieur du droit au point de penalty (2-3, 48e). Brandao, qui bute sur Lloris dans un premier temps (52e), ne manque pas deux fois l’occasion et devance Bastos au premier poteau sur un corner d’Abriel, pour la troisième passe décisive de l’ex-Lorientais (2-4, 79e).

Le match tutoie alors les sommets, un doublé de Lisandro (4-4, 81e, 83e sp) permet à l’OL de revenir en deux minutes et Bastos, au terme d’une superbe action collective (5-4, 90e), croit donner un avantage définitif aux siens. Mais sur un dernier cafouillage, Toulalan pousse dans son propre but à la retombée d’un ballon aérien, sous la pression de Mbia (5-5, 90e+1).

Lyon reste deuxième avec 24 points, à une unité de Bordeaux, et Marseille 8ème avec 19 points et un match de retard, mais est-ce vraiment le plus important après un tel spectacle ? Les deux équipes mériteraient presque un point de plus.