Evra s’en prend à Domenech et Thuram

Capitaine d’une équipe de France ridicule en Afrique du Sud, Patrice Evra a vidé son sac dans le quotidien Le Figaro. Et c’est Raymond Domenech et Lilian Thuram qui en prenne pour leur grade.

« Le Mondial a été un véritable cauchemar. On a oublié l’essentiel, plus parlé de problèmes quotidiens que de foot. Mais il n’y avait plus de dialogue avec le coach. Il n’y avait aucune structure collective, ni de projet. Avant le match de préparation contre le Costa Rica, quelques joueurs lui ont demandé de s’impliquer plus, de nous donner plus de consignes. Il s’est senti agressé. Il a refusé l’échange. On a fait tous les matchs de préparation avec un système avant d’en changer pour celui d’ouverture du Mondial contre l’Uruguay. Ce n’était pas cohérent, explique le joueur de Manchester United dans les colonnes du Figaro, qui très sérieusement affirme qu’il a toujours voulu servir de conciliateur durant toute la Coupe du Monde. Je recevais des plaintes après chaque entraînement. Les joueurs lui reprochaient son manque de travail tactique et le décalage avec les exercices auxquels ils sont habitués en club. J’ai essayé de faire passer le message à ses adjoints. Sans résultat. Le groupe l’a alors peu à peu lâché (…) Je n’ai cessé de répéter à mes partenaires qu’il fallait continuer de bosser. Mais, à un moment, ce discours ne passe plus. »

Autre cible de Patrice Evra, Lilian Thuram qui a réclamé l’exclusion définitive du joueur mancunien de l’équipe de France. « C’est facile de dire qu’avec un autre capitaine que moi les choses se seraient déroulées différemment… Il a sali mon nom sans chercher à savoir ce qui s’était passé. Lilian se prend à la fois pour le nouveau sélectionneur, le président de la fédération et le président de la République, fulmine Patrice Evra, qui évoque ensuite directement la carrière du recordman des sélections en mettant en cause son attitude lors de l’Euro 2008. Ce que l’on a fait en Afrique du Sud est grave. Pourquoi remettre de l’huile sur le feu? Ce n’est pas le rôle d’un membre du conseil fédéral. Il est temps que Lilian arrête de jouer un rôle qui n’est pas le sien en disant que les Bleus contribuent à faire augmenter le racisme. Il ne suffit pas de se balader avec des livres sur l’esclavage, des lunettes et un chapeau pour devenir Malcolm X. En dépit de ses beaux discours sur l’absence d’états d’âme, Thuram avait refusé de s’échauffer avant le match décisif contre l’Italie lors de l’Euro 2008. Il venait d’apprendre qu’il n’était pas titulaire… À l’époque, il jouait aussi l’amnésique en interpellant certains joueurs uniquement par “oh ! jeune”.»