Quand le football vire à la tragédie

Le football brésilien est actuellement ébranlé par un sinistre fait-divers impliquant Bruno Souza, le gardien de but vedette de l’équipe de Flamengo, âgé de seulement 25 ans et véritable star dans le pays.

Imaginez Hugo Lloris accusé de meurtre ? C’est ce qui se passe actuellement du coté du Brésil. A seulement 25 ans, le capitaine du club de Rio de Janeiro est suspecté d’avoir été l’instigateur de l’enlèvement et du meurtre d’une ex-petite amie, âgée elle aussi de 25 ans. En cause, une demande non satisfaite de l’amante de reconnaître un bébé de quatre mois qu’elle aurait eu avec le joueur.Captivant une population brésilienne en émoi, cette affaire a même relégué au second plan l’actualité du Mondial sud-africain dans les titres de presse.

Bruno Souza est un athlète adulé dans la cité carioca. Cet homme marié, qui a la réputation d’être un invétéré collectionneur de femmes, est accusé d’être à l’initiative de la disparition d’Eliza Samudio, une jolie brune présentée par le journal O Globo comme “étudiante, mannequin et actrice de films pornographiques.” Mère d’un bébé de quatre mois, la victime cherchait à faire reconnaître par la justice la paternité de Bruno Souza et à obtenir une pension.

Selon la police, le corps de la victime a été découpé et partiellement donné à manger à des chiens. “Une idole comme Bruno, d’une grande équipe, est un monstre pour ce qu’il a fait à cette fille. Le crime a été planifié et froidement exécuté. Nous pouvons conclure qu’Eliza est morte”, a assuré jeudi l’un des responsables de l’enquête, le commissaire Edson Moreira lors d’une conférence de presse retransmise en direct par les télévisions.

Au rang des accusés figure également un ami fidèle de Bruno Souza, Luiz Henrique Ferreira Romao, qui aurait commis l’enlèvement, et Marcos Aparecido dos Santos, ancien policier, qui aurait étranglé la jeune femme avant de faire disparaître le corps.

C’est en 2009, lors d’un barbecue chez Adriano, star controversée de Flamengo connue pour ses frasques, qu’Eliza Samudio a fait la connaissance de Bruno Souza, selon le magazine Istoe. Mais, en octobre 2009, enceinte de cinq mois, elle dépose une plainte contre le joueur, affirmant qu’il l’a séquestrée, battue et obligée à avaler une substance abortive. Début juin, Eliza Samudio est emmenée dans la propriété de Bruno Souza, près de Belo Horizonte, pour, pense-t-elle, conclure un accord avec le joueur. Elle donne de ses nouvelles pour la dernière fois à une amie, le 7 juin. Le commissaire Moreira a affirmé jeudi, sur la base de témoignages, que Bruno Souza est resté tout le temps avec Eliza Samudio, jusqu’à sa mort. “Il était avec elle. C’est la conclusion à laquelle nous sommes arrivés.”

Le témoin clé est un cousin de Bruno Souza, âgé de 17 ans. Le mineur a déclaré à la police avoir participé à l’enlèvement d’Eliza Samudio et a désigné la maison où elle aurait été tuée. Il a aussi affirmé avoir entendu Bruno Souza demander de “résoudre le problème” Eliza. Bien que le corps d’Eliza n’ait pas été découvert, la police affirme que “la matérialisation” du crime est “prouvée”. Elle s’appuie notamment sur des traces de sang retrouvées dans le 4×4 du joueur et sur les aveux du mineur.

Pour sa part, Bruno Souza a déclaré récemment à la radio Globo avoir “la conscience tranquille”. “A l’avenir, je vais rire de tout ça”, a-t-il assuré. Aujourd’hui, il affiche le même détachement. La chaîne Globo News a montré une courte vidéo de Bruno, discutant au commissariat de son avenir sportif.

Le joueur risque de la prison ferme (de 21 à 55 ans) a moins que la police ne bâcle l’affaire comme l’explique la chaine Globo “Au Brésil, le football est sacré. Mettre un joueur en prison semble impossible à l’heure actuelle” Mais où allons nous ?

Depuis quelques années, les footballeurs brésiliens sont souvent mêlés à des affaires scabreuses. Entre affaires de mœurs et de drogue (Adriano), les joueurs brésiliens focalisent l’attention des faits-divers locaux.