L’Allemagne se pare du bronze

Après un match débridé, l’équipe nationale allemande est venue à bout de l’Uruguay (3-2) et a ainsi décroché la médaille de bronze de la Coupe du Monde 2010.

But : Müller (19e), Jansen (56e), Khedira (82e) pour l’Allemagne; Cavani (28e), Forlan (51e) pour l’Uruguay

Comme en 2006, l’Allemagne finit le Mondial au pied du podium après ce succès arraché face une courageuse équipe uruguayenne. Si la première alerte était signée Forlan sur coup franc (8e), c’est l’Allemagne qui occupait le camp adverse avec un jeu plus posé. Après une sérieuse alerte provoquée par Friedrich, qui touchait du bois sur corner (11e), la Mannschaft débloquait le score grâce à un essai surpuissant de Schweinsteiger qui obligeait Muslera à repousser sur Müller, buteur opportuniste (0-1, 19e). Mais se reposant sur ce maigre acquis, la bande à Löw s’endormait alors et laissait venir des Uruguayens plus mordants. La preuve ? Une récupération rageuse de Perez dans les pieds de Schweinsteiger permettait à Suarez de pouvoir servir Cavani qui ne manquait pas son face-à-face avec Butt (1-1, 28e). Une égalisation méritée pour des Sud-Américains plus concernés. Et tout près de prendre l’avantage par Suarez (42e, 49e).

Mais la lumière allait venir de Forlan qui récompensait les meilleures dispositions de la Celeste en étant l’auteur d’une superbe volée qui surprenait totalement Butt (2-1, 52e). Mieux dans le jeu, l’Uruguay avait cependant un point faible : son gardien. Muslera commettait en effet une bourde en étant devancé par Jansen sur un centre pourtant anodin de Boateng (2-2, 57e). Un fait de match qui équilibrait la rencontre et la débridait complètement. Les occasions défilaient alors, Cacau et Ozil gâchant un contre (59e), Suarez (63e) et Forlan (66e) sollicitant Butt de l’autre côté ou encore Kiessling, fraîchement entré, obligeant Muslera à être vigilant (77e). Les hommes de Löw finissaient plus fort devant des Uruguayens plus émoussés et qui cédaient dans les dernières minutes suite à un corner où aucun n’a pu empêcher Khedira de pouvoir ajuster Muslera (2-3, 82e). Triste dénouement pour une Celeste méritante et qui touchait même du bois dans les ultimes secondes sur un coup franc de Forlan (93e). L’Allemagne a eu le dernier mot…